#PayeTonConfinement

#PayeTonConfinement
Le printemps 2020 marquera l'histoire mondiale : face à un nuisible invisible, l'humanité s'est retirée. Chacun chez soi. Chacun pour soi. Une période bouleversée et bouleversante, inédite. Un intervalle de
silence. Un nouveau vocabulaire. De nouvelles normes.
Pour les artistes, ces temps troublés ont réinterrogé la création et sa diffusion. Les scènes sont devenues digitales et le public virtuel. Des émotions nécessaires pour adoucir un quotidien angoissant. Mais subsiste une interrogation de taille : quel avenir pour la culture ?
A l’instar de toutes les structures, la galerie La pierre large a fermé ses portes alors que l’exposition Uchronies de Benoît de Carpentier venait d’être lancée. Pendant deux mois, ses personnages chapeautés ont hanté le lieu dans un silence secret avant de retrouver leur public.
Le LAB a choisi de clore cette saison chaotique par une exploration de la création en mode confinée avec #PayeTonConfinement. Un corpus original et inédit, une matière particulière produite pendant et sur cet épisode. 10 artistes offrant autant de regards différents et convergents, subjectifs et réalistes, poétiques et futuristes. Un patchwork, un kaléidoscope, une compilation.
#PayeTonConfinement : un acte de solidarité.
Avec cette dernière exposition, le LAB solde la période pour repartir vers une nouvelle saison, ouverte, généreuse et créative. Libre.
Bénédicte Bach & Benjamin Kiffel
Infos: 👉 www.galerielapierrelarge.fr

plus d'infos

marco pantani team

#2 Waterzoï y pimiento

reporté saison 2020/21

Pour ce deuxième opus de la Marco Pantani Team, le duo strasbourgeois poursuit sa démarche de recherche plastique en tant que sujet-objet initiée dans La fille dans un fauteuil en plastique en 2018. Une première incursion dans le champ de la relation amoureuse au moment de la rencontre. Avec Waterzoï y pimiento, les plasticiens prolongent la réflexion en se centrant sur l’idée de couple comme une entité particulière. 


Entre autofiction et narrative art, la réflexion est construite autour d’un « ensemble » nouveau : le couple. L’équation 1+1=3 est posée comme postulat de départ et c’est précisément cette nouvelle dimension, différente de la somme des individualités qui la compose mais pourtant reliée à chacun d’eux, que le duo expérimente et montre ici. Un territoire tiers, dont la géographie se dessine au fil du temps qui passe, fait de souvenirs communs, d’habitudes et d’objets. Des sédiments qui s’agrègent progressivement, donnant ainsi un certain relief à la vie courante. Une cartographie du sentiment amoureux à l’aune du quotidien.


A la fois sujet et objet de la démarche, le duo de plasticiens navigue entre « je » et « jeu », mise en scène et recentrement sur soi pour produire une image performée interrogeant le couple, sa complexité, sa construction et ses mythologies. Un jeu de miroirs accentué par le choix d’une esthétique particulière et l’emprunt aux codes culturels de différentes époques mêlés dans une recette où l’imaginaire et l’humour restent de mise. Un clair-obscur épicé. Une décoction au fumet complexe du cinéma d’Almodovar et de peinture flamande.


Une proposition artistique construite à quatre mains en trois dimensions dans un dialogue permanent. Une vidéo, des photographies et un compte Instagram offrent au spectateur différents points d’entrée pour appréhender ce territoire.   

L'exposition est reportée en 2021 pendant L'industrie magnifique

B & B

alain willaume

coordonnées 72/18

reporté saison 2020/21

Loin de toute notion documentaire, la métaphore habite le travail d’Alain Willaume. Expérimentateur de formes, il développe une œuvre singulière en prise avec le monde qu’il sillonne et observe depuis de nombreuses années, interrogeant la pratique même de la photographie. Sous l’influence de longs voyages et à l’écart des courants, il dresse une cartographie personnelle faite d’images énigmatiques et engagées qui toutes racontent la violence et la vulnérabilité du monde et des humains qui l’habitent.
Membre du collectif Tendance Floue depuis 2010, Alain Willaume est photographe et commissaire d’exposition indépendant et enseignant à la Haute école des arts du Rhin de Strasbourg et à l’École nationale supérieure d’art de Nancy. Il a été l’un des commissaires du programme d’expositions INDIA qu’il a initié aux Rencontres d’Arles 2007, et a dirigé l’ouvrage India Now : Nouvelles visions photographiques de l’Inde contemporaine publié par Thames & Hudson et Textuel en 2007. Il a également été directeur artistique de India Photo Now 2008, une année de photographie en Inde. Sa dernière monographie, Bords du gouffre,a été publiée chez Textuel à Paris et exposée aux Rencontres d’Arles 2003. Il a remporté le Prix Kodak de la critique photographique, ainsi que le premier prix du Sony World Photography Award 2011, catégorie Portraits.
L'exposition est programmée du 6 novembre au 19 décembre 2020.